Subir une augmentation mammaire implique une anesthésie générale, des soins post-opératoires, quelques douleurs, et parfois, aussi, un lifting des seins quelques mois ou quelques années plus tard, afin de rectifier un léger affaissement. La nécessité d’un lifting des seins est parfois perçue comme un échec. Pourtant, cela arrive et ce n’est pas une fatalité.

Une augmentation mammaire pour s’accepter ou se reconstruire

Considérée majoritairement comme une opération de chirurgie esthétique, réalisée pour gommer un complexe, l’augmentation mammaire peut être, dans certains cas, une chirurgie réparatrice. Après un accident ou bien une mammectomie, elle permet de remodeler le corps de la femme et s’avère une aide cruciale pour celles qui ont subi des mutilations au niveau de la poitrine.

Pourquoi faut-il parfois envisager un lifting en complément ?

Avant une augmentation mammaire, un examen médical méticuleux est pratiqué. Au cours de cet examen, la qualité de la peau est soigneusement étudiée, afin d’établir au mieux le type de prothèse à installer. Malheureusement, la peau peut s’avérer trop peu résistante pour supporter ce nouveau poids. Dans ce cas précis, le sein peut s’affaisser ou se déformer légèrement. Ce désagrément survient généralement au cours des six mois suivant l’opération. Lorsque cela se produit, un lifting des seins est envisagé.

Lifting ou augmentation : pourquoi choisir ?

De nombreux établissements, comme la clinique Dr. Wim Danau, proposent aux femmes d’associer les deux interventions. Un lifting des seins peut tout à fait être l’occasion d’initier une augmentation mammaire. Ainsi, une seule opération est nécessaire. Le suivi post-opératoire est sensiblement le même.

À partir de quel âge ?

Une intervention de chirurgie esthétique, telle que le lifting des seins, ne peut être proposée aux femmes de moins de 18 ans. Pour les autres, on n’évoque plus l’âge, mais d’autres critères qui détermineront la pertinence de l’opération.